15 Avr 2011
Marouane HARMACH

Secteur des télécommunications : la suite !



Suite à la publication du billet collectif sur le secteur des télécommunications, les principales réactions suscités sont 


1- La presse en ligne : 
La presse en ligne a relayé l’initiative notamment les titres suivants :


Yabiladi : avec deux article :
http://www.yabiladi.com/articles/details/5175/maroc-nouvelles-regles-pour-telecoms.html
http://www.yabiladi.com/articles/details/5208/telecoms-baisse-tarification-entre-operateurs.html


Assdae :  avec deux articles :
مدونون مغاربة يخوضون حملة ضد شركات الاتصالات بالمغرب
Traduction : des blogueurs marocains mènent une campagne contre les opérateurs de télécommunication
يوم بدون هواتف الأحد 17 أبريل

Traduction : ( des Groupes sur Facebook lancent un appel pour) une jour sans téléphone le dimanche 17 avril


2- La presse papier :
cette presse a répondu indirectement en reproduisant le bilan et les actions de l’ANRT sans mentionner l’initiative #anrtfail !


Le quotidien les échos avec deux articles en une semaine
ANRT : les points sur les « i »

et le quotidien l’économiste avec un article :
Il est prévu aussi qu’un journal quotidien en langue arabe et un hebdomadaire francophone se saisissent ce sujet dans les jours à venir. Nous suivrons le sujet !

Les blogs qui ont relayé ce sujet ( liste non exhaustive, merci de m’envoyer les adresses des blogs qui manquent dans cette liste ) : 



Sans parler des pages facebook qui relayé partiellement ou totalement le billet.

Aussi, j‘ai reçu ce commentaire que je reproduis ici en raison de ta pertinence.



Je ne suis pas d’accord avec l’ensemble des arguments avancés. Mais, il a le mérite d’être précis et aussi de contribuer au débat sur les télécommunications au maroc.
J’ai adapté un peu le texte que garantir l’anonymat du rédacteur du message :  


« J’ai lu le billet ça me paraît très bien, rien à signaler de déconnant. Après, il y a des choses plus faciles a défendre ou à expliquer de point de vue opérateur. Je les liste ci-après parce que vaut mieux les connaître et éventuellement ne pas les accepter que les ignorer.

1- Absence de couverture dans les zones urbaines :

La couverture dans les zones urbaines nécessite une densité de sites GSM pour la 2G et une densité à peu près deux  fois plus élevé de sites 3G (dû aux fréquences réservées à chaque technologie). Cela nécessite alors plus d’antennes sur les toits, et je crois que chacun de nous aura de la réticence à accepter d’avoir un émetteur d’ondes au dessus de la tête et c’est d’autant plus difficile pour les opérateurs quand il s’agit de traiter avec les syndic des immeubles.

J’en fais les frais là où j’habite : impossible pour mon fournisseur de service de trouver un endroit où planter une antenne dans les environs, il se contente d’une antenne mobile installer sur la chaussé. Ce qui explique en partie ces black out désagréables pour tous. 

2- Débit déclaré vs débit réel 

Pour l’ADSL ainsi que pour la 3G, c’est « normal » d’avoir une différence entre ce qui est vendu comme débit maximal et le débit réel resenti par l’utilisateur.

Il s’agit d’un sujet de débat permanent en Europe aussi. Ce que je peux dire c’est que techniquement on ne peut pas garantir un débit et tout le temps et pour tous les utilisateur pour les raisons suivante :
  1. Tous les utilisateurs partagent le même canal de communication, donc mon débit dépend des gens dans les environs qui utilisent le même canal que moi
  2. l’ADSL est une technologie qui souffre d’un niveau élevé d’atténuation (je te passe les détails techniques mais par exemple au delà de 5 km de distance du centrale téléphonique le signal est tellement faible qu’on ne peut pas avoir du haut débit) et donc selon l’endroit où on habite la position du site de l’opérateur, on aura un bon ou un mauvais débit
  3. L’argument ultime est celui de l’informaticien : c’est le PC c’est pas le programme ;-). Moi je dirai c’est le terminal de connexion ou les connectiques dans les immeubles : en France Free avançait des chiffres que 3/5 des plaintes client internet sont dus à des problèmes plutôt chez le client que côté opérateur … mais bon chkoun yechhad ll3roussa 😉 )
De part mon expérience, je pense que la technique c’est ce qu’elle est, par contre un effort padagogique doit être mené par l’ANRT et les opérateurs pour ne pas indure les clients en erreur

3- Rôle de l’ANRT

D’après la théorie de régulation des marchés  et les textes du CE, une autorité de régulation ne régule par le marché de détails (par exemple : le prix de la minute pour un client grand public),  par contre l’autorité agit sur le marché du gros (tarif d’interconnexion entre opérateurs par exp) afin que ça ait un impact positive normalement sur les prix de détails.

En général les autorités de régulation agissent selon les orientations de leur top management, parfois c’est l’animation des marchés et parfois c’est le client final. Ceci pour dire que le domaine de régulation n’est pas déterministe mais dépend de ce qu’on veut en faire.

4/ Marché des télécommunications au Maroc et en France

Je ne pense pas qu’il y a une entente de prix entre les opérateurs mais je pense qu’on est resté sur une statu quo avec deux opérateurs sur le marché pour longtemps et là on part vers un nouveau statu quo, pourquoi me diriez vous, que fait INWI ?

INWI a fait des investissements colossaux pour se retrouver sur le marché surtout après le faux pas vers le CDMA2000. même Si INWI va essayer de « révolutionner » le marché (tarif à la seconde, gratuité intra INWI…), il ne pourra pas baisser les prix de manière drastique parce qu’il faut rentabiliser ses investissements et rembourser les dettes.

Par contre l’arrivé de France Telecom sur le marché (à travers la prise de participation dans Meditel) peut faire secouer le marché au profit des utilisateurs mais ce n’est pas sûr.

En France les prix sont jugés assez chers et cela en partie à cause de la présence de seulement 3 opérateurs sur le marché, l’arrivée du 4ème opérateur est attendue avec impatience et risque effectivement de changer la donne.

Au maroc je pense que nous avons tardé à faire introduire un 3ème opérateur et le 4ème n’est pas encore à l’ordre du jour.

En final, je pense que c’est une très bonne initiative. Ailleurs, les choses ont changé pour le mieux grâce à la force des associations des consommateurs, mais à côté de cela il faut aussi une volonté législative pour accompagner tout cela avec des lois de protection des consommateurs contre tout ce qui est publicité mensongères ou du moins ambiguë.

Je suis content de cette initiative en tant que consommateur même si je me suis pas empêché de défendre en partie les opérateurs 🙂

Je préfère aussi garder l’anonymat pour des raisons évidentes …. »
fin du texte et merci à ce contributeur !

Articles similaires:

Laisser un commentaire

Suivez moi sur:

Vidéo

Sur Twitter

Error: Twitter did not respond. Please wait a few minutes and refresh this page.