24 Nov 2011
Marouane HARMACH

Ce que les partis politiques ont oublié dans leurs programmes électoraux

Source : http://renaudfavier.files.wordpress.com/2011/06/thinking-outside-the-box.jpg

Dans un billet précédent « Tu veux le voir mon programme électoral ? », nous avons essayé de synthétiser les programmes électoraux publiés par les partis politiques en lice pour les échéances électorales du 25 novembre 2011.

Les programmes publiés ont globalement été peu ou pas du tout créatifs ou novateurs. Je me propose de partager avec vous certaines idées à expérimenter dans le contexte marocain, qui sont à même de déclencher le démarrage économique et social tant attendu et sortir le Maroc du marasme et de la pauvreté dont il souffre.

En toute humilité, j’avance ces piste sans prétendre la clé magique et ni être le premier à en avoir eu l’idée…

 Au préalable, il est utile de rappeler quelques chiffres significatifs :

 Source des chiffres Banque mondiale : http://devdata.worldbank.org/AAG/mar_aag.pdf

Les trois éléments saillants à mon sens sont :

  • Une mortalité infantile élevée : 33 bébés pour 1000 naissances. Ce constat est principalement dû au déficit de la politique sanitaire et le manque de sensibilisation et de culture sanitaire chez les jeunes mamans.
  • Un taux d’analphabétisme qui touche durement les + de 15 ans à plus de 44 %, chiffre symptomatique de l’échec de la politique d’enseignement sur les 60 dernières années et qui continue à ce jour.
  • En plus et surtout, un manque de bonne gouvernance et de transparence dans la gestion de la chose publique : l’indice de perception de la corruption est passé du 52 eme rang en 2002 au 85 eme en 2010 voir blog El Hyani.

Seul un traitement de choc peut être la solution à cette situation qui ne cesse de se détériorer.

Mes propositions :

  1. « Année mains propres » : Instauration d’une politique répressive en matière de corruption : Toute personne ayant été mêlée de loin ou de près à des dossiers de malversation / dilapidation des deniers publics doit être poursuivi. Il est urgent de faire un trait sur la politique permissive de l’Etat. Oui, il faut organiser « une chasse aux sorcière » y compris et surtout au sein des hauts commis de l’Etat, politiciens, juges et fonctionnaires publics ! Rien ne se fera sans mettre hors état de nuisance les réseaux de corruption et de clientélisme au sein de l’appareil de l’Etat. En un mot, lancer une opération non pas « mains propres » mais une « année propre » : au bout d’une année de législature, Débarrasser le Maroc des corrupteurs et liquider les dossiers en souffrance devant la justice : CNSS,…. Bien évidemment, il ne s’agit pas d’envoyer des innocents en prison, mais de faire des procès exemplaires contre les manquements à la morale en matière de gestion de l’argent du contribuable.
  2. « Chèque santé pour tous » autrement dit « Privatiser la gestion de la santé » : Avant de sauter au plafond, quoi ? Privatiser la gestion des hôpitaux publics ? mon argument est simple, l’argent public attribué aujourd’hui aux hôpitaux publics avec les résultats qu’on connaît à cause de la mauvaise gestion.. Au lieu d’attribuer plus d’argent à la santé, la solution serait de confier la gestion des centres hospitaliers à des privés avec gratuité des soins à la population. la rémunération des soins se fera par l’Etat sur la base de la nature des opérations et des soins prodigués. La mise en oeuvre est certes compliquée mais pas impossible…
  3. Chèque Education : La gestion du secteur de l’enseignement a été un échec total. Le contribuable paye ses impôts pour l’éducation et est doublement taxé puisqu’il est obligé, si il on a les moyens, de payer la scolarité de ses enfants. La solution serait de mettre en place le « chèque éducation », Chaque contribuable/citoyen a le droit à un chèque éducation et peut choisir l’école qu’il veut. Cette dernière (l’école) sera payé par l’Etat. Peu à peu les écoles médiocres disparaîtront au profit des écoles de qualité. Bien évidemment, cela suppose la suppression de l’école publique … Attention, je dis la privatisation de l’école ET la gratuité de la scolarité.
  4. Flat-tax ou L’impôt à taux unique : Le système fiscal marocain est parmi les plus complexes avec la multiplicité des taxes et des régimes et une jungle d’exonération et c’est toujours le bons contribuables et les salariés qui payent pour les autres. La simplification tant attendu tarde à venir. Ma proposition : un taux unique progressif et général. La contribution sera selon le revenu avec l’avantage de déployer les efforts du fisc à la généralisation de l’assiette fiscale et le contrôle au lieu de perdre des efforts à gérer des procédures complexes et des régimes multiples.

Voilà, c’était quelques idées non conventionnelles mais qui méritent d’être explorées.

« Think different » 🙂 : Slogan d’Apple

Articles similaires:

3 Commentaires

  • Privatiser la santé c’est ouvrir la porte « à toutes les fenêtres »… même si je comprend ton argument, jpense ke nous pouvons être d’accord sur le fait que la corruption n’est pas le monopole des instances publiques, mais qu’elle est également pratiquée dans le privé.

    Mais sinon je suis d’accord avec toi sur le fait que santé + éducation + fiscalité + corruption sont les leviers de base à activer. Cependant, je pense ke tant qu’une réforme de la justice n’a pas lieu, rien ne pourra avancer. Et cette réforme, je crois qu’elle n’intéresse personne et qu’elle n’aura malheureusement jamais lieu….
    Justice + éducation = les clés de la démocratisation du Maroc (IMHO).

  • déjà l’échec de l’éducation est le résultat du dysfonctionnement dans la fonction publique, on voit beaucoup des gréves et un taux d’absentéisme important chz les instituteurs, sans oublié cette paradoxe où le Maroc a un manque de plus de 3000 éducateurs alors que plus de 1000 sont en surplus..

  • […] Ce que les partis politiques ont oublié dans leurs programmes électoraux | SNIPER Blo… Les programmes politiques publiés ont globalement été peu ou pas du tout créatifs ou novateurs. Source: sniper.ma […]

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.

Suivez moi sur:

Vidéo

Sur Twitter

Error: Twitter did not respond. Please wait a few minutes and refresh this page.